juin 24, 2020

Je suis Mathilde...

Je suis Mathilde...

L’éducation populaire, j’en ai entendu parlé dans mon précédent emploi, où je coordonnais le volet « éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale » et le volet d’ « échanges entre professionnels jeunesse » d’une association.

Je me suis formée avec plusieurs structures et je m’y suis plongée, d’abord de manière bénévole, puis de manière rémunérée. Aujourd’hui je travaille dans une scop (société coopérative ouvrière de production) d’éducation populaire.

Ce qui m’intéresse dans l’éducation populaire, c’est la volonté que chacun et chacune reprenne sa place politique, sa place de citoyen et citoyenne, sa place dans les décisions qui sont prises tous les jours sur des sujets de société.

Ce qui m’indigne plus que tout c’est la différence de traitement entre personnes. Je suis très sensible à la notion de droits et il me semble indispensable que chacun et chacune obtienne les informations nécessaires pour pouvoir se défendre.

Ce que j’aime c’est mettre ensemble nos cerveaux pour, en se basant sur les connaissances et les vécus de toutes les personnes, apprendre, comprendre, se conscientiser, avancer, se défendre, lutter, construire.

Ce que je fais en dehors de l’éducation populaire : je danse, j’informe sur les droits du code du travail, je chante, je lis, je milite pour sortir de l’emploi, je fais du vélo.

Ce qui me ressource : danser, gravir une montagne et contempler la vue
une fois au sommet, respirer l’air de l’océan, voir des ami­e­s.